La Formation-Kalame : animer un atelier d’écriture-lecture

La Formation-Kalame est accueillie au CESEP depuis la dissolution du Réseau-Kalame en 2018. Elle repose sur un cadre éthique et déontologique partagé : la formation s’ancre dans la charte-Kalame, elle est évolutive et « s’écrit » à chaque fois.

Les ateliers d’écriture-lecture prennent place dans différents lieux (librairies, écoles, maisons de quartier, centres culturels, bibliothèques, etc.) ; auprès d’une variété de personnes (seniors, jeunes, adultes éloigné·e·s de la lecture et de l’écriture, amoureux·ses de la littérature et des récits, etc.), animés par une diversité de professionnel·le·s (bibliothécaires, éducatrices et éducateurs, ergothérapeutes, comédiennes et comédiens, autrices et auteurs, enseignantes et enseignants, formatrices et formateurs d’adultes, etc.).

Certain·e·s animent, d’autres tissent l’atelier dans une pratique d’animation, de formation, de médiation, de transmission.

Si les AEL (animation d’atelier d’écriture-lecture) peuvent être de nature différente, tous ont à voir avec le texte, le raconter, le dire et le penser.

La Formation-Kalame est conduite par une équipe d’animation (Anne Deneufbourg, Claude Enuset, Milady Renoir) et une équipe de formation (Frédérique Dolphijn, Claire Frédéric, Christelle Brüll).

Limité à 14 personnes, ce trajet de 11 journées et 4 blocs prend place à La Louvière, Namur et Bruxelles dès le 22 juin et s’étale sur 5 mois.

Objectifs

  • Participer à trois ateliers différents ;
  • Rencontrer des animatrices et animateurs aux champs de pratiques et aux parcours différents ;
  • Identifier et conscientiser les fondamentaux, les enjeux et les spécificités d’un AEL ; son architecture, sa méthodologie et les outils de l’animateur et animatrice ;
  • Interroger vos pratiques d’écriture, de lecture et d’animation d’atelier qu’il soit en cours ou à construire ;
  • Préciser votre rôle et vos responsabilités éthiques et déontologiques en animant.

Méthodes utilisées

La formation s’organise en trois temps :

  • Vous participerez ensemble à trois ateliers d’écriture différents par les propositions, rythmes, univers, formes, enjeux. Par ailleurs, vous vivrez une expérience de lecture commune et partagée.
  • Ces ateliers sont animés par des professionnel·le·s issu·e.s de champs de pratiques différents, aux expériences diversifiées.
  • Mises en situation de participant·e·s, vous aurez ensuite l’occasion de faire un pas de côté et interroger vos pratiques d’écriture, de lecture et d’atelier. Comment ça se passe quand j’écris ? Qui suis-je comme lecteur et lectrice ? Qu’est-ce que l’atelier permet ? Ne permet pas ? Facilite ? Complexifie ? Que voudrait dire animer un AEL et de quoi auriez-vous besoin après ça ?
  • Enfin, vous animerez, à tour de rôle, une séquence d’atelier et pratiquerez l’analyse réflexive à plusieurs, dans un cadre bienveillant, parmi des pair·e·s.

Programme

Un week-end d’immersion dans des ateliers d’écriture et lecture (2 jours)

Vous participerez ensemble à trois ateliers d’écriture différents par les propositions, rythmes, univers, formes, enjeux. Par ailleurs, vous vivrez une expérience de lecture commune et partagée.
Ces ateliers sont animés par des professionnel·le·s issu·e·s de champs de pratiques différents, aux expériences diversifiées.
Mises en situation de participant·e·s, vous aurez l’occasion de faire un pas de côté et interroger vos pratiques d’écriture, de lecture et d’atelier. Comment ça se passe quand j’écris ? Qui suis-je comme lecteur et lectrice ? Qu’est-ce que l’atelier permet ? Ne permet pas ? Facilite ? Complexifie ? Que voudrait dire animer un AEL et de quoi auriez-vous besoin après ça ?

Une semaine d’initiation (5 jours)

Fort·e·s de cette immersion et de votre propre expérience d’animation et/ou de participation à des AEL, nous explorerons ce qu’est un AEL, ses fondamentaux, son architecture, des outils de l’animation. Qu’est-ce que c’est / ce n’est pas ? Que mettre au centre du projet : la personne, le processus d’écriture (matière-texte), le résultat ? En quoi et comment un atelier littéraire ou un atelier au service de la « citoyenneté » se distingue-t-il ? Qui suis-je comme animatrice ou animateur ? Accompagner, transmettre, former ? Comment faire écrire des personnes diverses ? Selon quelles méthodes ? Comment concevoir la progression d’un atelier ? Quels sont les outils de l’animateur ? Etc.

Deux week-end d’intervision (4 jours)

Les Brouillons sont une intervision accompagnée et interactive. Durant 2 jours, vous animerez, à tour de rôle, une séquence d’atelier de 2 heures. C’est l’occasion de se mettre à l’essai, de tester une séquence d’atelier en cours ou en préparation, de multiplier les occasions d’écrire, échanger trucs et ficelles, s’entraîner à l’analyse réflexive sur ses pratiques, « se regarder en animation » à plusieurs, dans un cadre bienveillant, parmi des pairs.

Pré-requis

Cette formation s’adresse à tout·e artiste (comédien·ne, metteur·euse en scène…) professionel·le ou amateur·rice ayant une affinité et une pratique avec l’écriture, la lecture, l’animation d’ateliers.

Adresse et horaires

Durée : 11 jours (66 heures) de 9h30 à 16h30
Dates & lieux:
> samedi 22 & dimanche 23 juin au Quartier-Théâtre – La Louvière
> du lundi 19 au vendredi 23 août à la Maison de la Laïcité et au Centre culturel Bomel – Namur
> samedi 5 & dimanche 6 octobre à la Maison du Livre – Bruxelles
> samedi 16 & dimanche 17 novembre à la Maison du Livre – Bruxelles

Tarif

  • Formation partiellement prise en charge par le Fonds 304 (550€) pour les travailleur·euse·s actif·ve·s dans le secteur des arts de la scène (commission paritaire 304) en région wallonne ou bruxelloise, qui occupent actuellement un poste relevant de la CP 304 ou qui peuvent justifier de 30 jours de prestations auprès d’un ou plusieurs employeurs de la CP 304 ces 24 derniers mois. Le CESEP vous facture 275€.
  • 825€ pour tout autre participant·e.

Grande marionnette pour la rue

Construire une marionnette géante, manipulable par un·e ou plusieurs manipulateur·rice·s ?
La recette : une scie sauteuse, un tournevis, une scie à rasoir, mais surtout une bonne idée et beaucoup d’enthousiasme !

Voilà ce que vous propose le Centre de la marionnette à travers ce workshop « à la manière du maître-marionnettiste Albrecht Roser ».

Il sera donné par Alice Thérèse Gottschalk du Fab Theater (Allemagne), qui propose ce workshop de par le monde.

Limité à 12 personnes, il prend place à Tournai pour 5 journées complètes, dès le 13 septembre. Les marionnettes déambuleront ensuite le 29 septembre à l’occasion de Place des Marionnettes.

Objectifs

  • Découvrir les méthodes de travail du maître marionnettiste allemand Albrecht Roser ;
  • Découvrir la méthodologie de travail d’une marionnettiste-pédagogue contemporaine allemande Alice Thérèse Gottschalk ;
  • S’initier aux méthodes et techniques de construction de marionnettes géantes portées pour la rue : de la fabrication de la tête à la réalisation des costumes en passant par la technique de portage.

Programme et méthodes utilisées

Les participant·e·s créeront dans un premier temps une ébauche de tête en papier selon la technique du maitre marionnettiste allemand Albrecht Roser. Cette technique permet de créer en quelques coupes, une tête et des mains de marionnettes expressives en trois dimensions.
Un patron est ensuite créé pour être ensuite agrandi et transféré sur des plaques de mousse.
Une fois les têtes collées, constituées, une armature en rotin sera fabriquée ainsi qu’un corps en tissu.
La technique de portage sera déterminée en fonction de la taille des marionnettes.
Les têtes de marionnettes seront ensuite peintes.
La spécificité de la technique abordée permet de construire de grandes marionnettes légères et manipulables sans trop d’efforts.
Les participant·e·s seront ensuite invité·e·s à déambuler le 29 septembre à l’occasion de Place des Marionnettes.

  • Jour 1 : introduction et essai de la technique du papier d’Albrecht Roser ;
  • Jour 2 : réalisation d’un motif pour un grand masque et réalisation en mousse ;
  • Jour 3 : réalisation de la structure de portage ;
  • Jour 4 : introduction à l’art de peindre pour la scène puis mise en peinture des masques ;
  • Jour 5 : réalisation du costume + élaboration d’une parade ;
  • 29 septembre 2024 : déambulation à l’occasion de Place des Marionnettes.

Pré-requis

Ce stage s’adresse aux artistes marionnettistes, scénographes, constructeur·rice·s, plasticien·ne·s… professionnel·le·s en ou en cours de professionnalisation.

Les participant·e·s seront invité·e·s à apporter leurs propres outils. (Une liste précise sera communiquée)

Adresse et horaires

Durée : 5 jours (30 heures)
Dates : du 13 au 17 septembre 2024, de 10h à 17h
Lieu : Centre de la Marionnette de la Fédération Wallonie-Bruxelles
rue Saint-Martin 47 – 7500 Tournai

Le 29 septembre, les marionnettes déambuleront lors de Place des Marionnettes.

Tarif

  • Formation complètement prise en charge par le Fonds 304 pour les travailleur·euse·s actif·ve·s dans le secteur des arts de la scène (commission paritaire 304) en région wallonne ou bruxelloise, qui occupent actuellement un poste relevant de la CP 304 ou qui peuvent justifier de 30 jours de prestations auprès d’un ou plusieurs employeurs de la CP 304 ces 24 derniers mois. Vous êtes dans les conditions? Le Fonds 304 paie à votre place.
  • 300€ pour tout autre participant·e.

Matinales #6 : autonomie en résidence

Le travail d’interprète de la scène, qu’il soit en danse, en théâtre ou en musique, requiert de plus en plus des connaissances techniques. Lors des résidences, l’artiste est souvent amené·e à travailler en duo avec la console lumières, la régie son… créer des fiches techniques pour nommer ses besoins en amont. C’est pourquoi nous proposons ces temps collectifs, hors répétitions, pour permettre aux artistes de s’outiller et de pouvoir répondre au plus proche de la réalisation de leurs recherches.

Pour travailler lors de périodes de résidence, les artistes ont besoin d’un minimum de connaissances techniques liées aux installations du son et de la lumière. Souvent, les lieux d’accueil mettent à disposition des salles mais pas de personnel permanent en régie. La clé est donc l’autonomie. Pour accompagner ces réalités de terrain, La Curieuse propose des matinales plus techniques, un canevas pour rédiger une fiche technique de base et un tutorat pour l’utilisation simple des consoles.

Le format en matinées a été conçu en étroite relation avec les réalités de nos métiers et permet de travailler au développement d’autres activités professionnelles les après-midis.

Ces Matinales #6 (trois sessions ont été proposées en 2023, trois autres en 2024) ont été confiées à Yorrick Detroy. Depuis 2014, Yorrick est directeur technique et régisseur général. Il travaille avec de nombreuses compagnies de danse ou de théâtre pour adultes.

Programme

  • Explication des bases de fonctionnement d’un système son, lumière et vidéo ;
  • Identifier et nommer les besoins techniques lors de vos résidences ;
  • Rédaction d’une fiche technique ;
  • Avoir une idée des réalités techniques, et échanger autour des conditions de résidences déjà
    éprouvées par les participant·e·s
  • Collecter des bonnes pratiques à mettre en place lors des résidences pour vos futurs projets
    artistiques ;
  • Évaluation et réflexions autour de cas concrets passés ou à venir apportés par les participant.e.s.

Pré-requis

Comédien‧ne‧s, danseur‧euse‧s,musicien‧ne‧s, slameur‧euse‧s, circasien‧ne‧s, performeur‧euse‧s,… voulant s’outiller techniquement avant une résidence artistique.

Adresse et horaires

5 demi-journées (20 heures), du lundi 17 au vendredi 17 juin, à la salle (E)utopia, quai au Foin 35, 1000 Bruxelles.

Tarif

  • Le prix de la session est de 270€ par participant·e.
  • Le Fonds 304 prend en charge les frais d’inscription (totalement ou partiellement en fonction des plafonds) des Matinales pour les travailleur·euse·s actif·ve·s dans le secteur des arts de la scène (commission paritaire 304) en région wallonne ou bruxelloise, qui occupent actuellement un poste relevant de la CP 304 ou qui peuvent justifier de 30 jours de prestations auprès d’un ou plusieurs employeurs de la CP 304 francophone ces 24 derniers mois.
    • Ainsi la personne qui prend part uniquement à cette session voit ses frais d’inscription (270€) totalement pris en charge par le Fonds ;
    • Ainsi la personne qui prend part à cette session et à une des deux précédentes voit ses frais d’inscription (270€) totalement pris en charge par le Fonds ;
    • Ainsi la personne qui aura pris part aux trois sessions voit ses frais d’inscription (3 x 270€) pris en charge par le Fonds à hauteur de 550€ (225€ pour la première session, 270€ pour la deuxième session, 55€ pour cette session), soit le plafond d’intervention du Fonds, La Curieuse pouvant facturer 215€ pour cette session.

Laboratoire de manipulation de marionnettes

IFO asbl propose un workshop de manipulation de marionnettes, d’une durée de 5 jours, animé par Michel Villée et Noémie Vincart.

Objectif

Le premier objectif est de se forger une bonne base technique en termes de manipulation de marionnette portée. Pendant les premiers 5 jours, nous passerons en revue avec les participant·e·s les points techniques nécessaires pour aborder la manipulation telle que pratiquée au sein du collectif Une Tribu.
Dans un deuxième temps, le deuxième objectif sera d’aborder spécifiquement l’écriture marionnettique dans un théâtre muet. L’étude de ce langage se fera en parallèle avec une recherche spécifique à chaque participant·e qui aura l’occasion d’explorer son rapport personnel à ce langage et à la marionnette portée et ses propres désirs de représentation scénique.

Programme

Nous étudierons des modes de manipulations réalistes et non réalistes, et nous réaliserons un travail spécifique sur les questions du rythme, du regard, de l’espace. Nous apprendrons à appréhender l’objet, à le diriger, mais aussi à le suivre. A lui faire confiance et à découvrir ce qu’il raconte grâce à nous et aussi malgré nous. Ensuite nous aborderons le travail en association et en dissociation. Nous travaillerons aussi sur le passage de l’un à l’autre. Nous étudierons les éléments techniques qui permettent ces deux formes de manipulations. Dans le jeu en dissociation, nous expérimenterons aussi les interactions du·de la comédien·ne-manipulateur·rice avec sa propre marionnette. Ceux·celles qui n’en auraient pas et/ou ceux·celles qui désirent changer de marionnette au cours du travail pourront utiliser des marionnettes disponibles à cette l’occasion.

Pré-requis

Profil des participant·e·s : stage pour tou·te·s, comédien·ne·s ou autres artistes de scène désireux·ses de découvrir la pratique de la marionnette. Le stage est également ouvert aux plasticien·ne·s, scénographes, constructeur·rice·s, musicien·ne·s.

Adresse et horaires

5 journées complètes (30 heures), du lundi 14 au vendredi 18 octobre, de 10 à 17h, au Quai 41, rue des Coteaux 41, 1210 Bruxelles

Langues du stage : français et anglais

Une pause d’une heure est prévue à midi, le repas n’est pas compris.

Tarif

  • Le prix de la formation est de 476€ par participant·e, matériel inclus.
  • Le Fonds 304 intervient à hauteur de 450€ pour les travailleur·euse·s actif·ve·s dans le secteur des arts de la scène (commission paritaire 304) en région wallonne ou bruxelloise, qui occupent actuellement un poste relevant de la CP 304 ou qui peuvent justifier de 30 jours de prestations auprès d’un ou plusieurs employeurs de la CP 304 francophone ces 24 derniers mois. Vous êtes dans les conditions? Votre intervention se limite donc à 26€.

Workshop ‘Créer des masques pour la scène’

IFO asbl propose un laboratoire de création et d’expérimentation des techniques de fabrication, approche du jeu, processus de création et expérimentations autour de la voix et du son, et de la globalité de la silhouette-costume. D’une durée de 12 jours, il est animé par Loïc Nebreda qui sera assisté par Isis Hauben. Louis Régnier (son) et Eugénie Poste (costume) interviendront aussi pendant trois jours.

Objectif

Ce laboratoire de 12 jours vise à partager une expérience acquise au fil de nombreuses productions (vingt ans) et de permettre à chaque participant·e d’initier une création. Le temps sera partagé entre démonstrations techniques, recherche plastique, improvisations expérimentations sonores. Il est important de saisir ce qu’implique la création d’un masque notamment du point de vue du jeu de l’acteur·rice. L’idée est moins d’aboutir à un objet parfait que de repartir avec des clés pour avancer ensuite de manière autonome.

Il sera demandé à chacun·e d’arriver avec un projet, une vision et un ensemble de visuels de référence précis. Quelle que soit la direction que prendra votre recherche, elle devra s’appuyer d’une part sur une œuvre (une pièce, un roman, etc.) ou thème bien défini et d’autre part sur des observations faites dans la vie de tous les jours (visages, démarches, etc). Vous recevrez un document plus détaillé à ce sujet une fois votre inscription confirmée.

Attention : Un laboratoire de douze jours ne peut pas remplacer un cours d’anatomie, si votre projet vise un certain réalisme et que vous êtes grand.e débutant.e, il est indispensable de vous organiser en amont pour acquérir un minimum d’expérience en modelage.

La vision de Loïc Nebreda

« J’anime ces laboratoires de création pour partager mon expérience mais surtout pour encourager l’émergence de nouvelles formes de théâtre de masques. Chaque participant·e est invité·e à découvrir des techniques de fabrication mais surtout à plonger soi-même dans la globalité d’un processus de création : définition du projet, fabrication, rapport au corps à la métamorphose et au jeu. Les masques ne prennent finalement forme que dans l’imaginaire de chaque spectateur·rice pendant la représentation : tout le travail en amont consiste à préparer le support de ces projections, fictions en mouvement, différentes pour chacun·e dans le public. Les masques ne sont pas des accessoires décoratifs ou des parures de visage. Cette année, le workshop passe de 10 à 12 jours. Louis Régnier, créateur son, nous rejoindra les trois derniers jours pour élargir la recherche (expérimentations : sonorisation des actions, décalages de voix, etc) et Eugénie Poste, costumière, nous accompagnera également trois jours pour pousser une réflexion sur la globalité de la silhouette ».

Pré-requis

Profil des participant·e·s : artistes, pédagogues du spectacle vivant, performeur·se·s, plasticien·ne·s, technicien·ne·s…
Les fournitures spécifiques souhaitées par les participant·e·s (matières autres que celles proposées, mais aussi costume, chapeaux, perruque notamment) ne sont pas incluses. Un petit stock de perruques et de costumes est cependant mis à disposition pour la durée du laboratoire.

Adresse et horaires

12 journées complètes, du lundi 16 au samedi 28 septembre de 10 à 17h, à l’Espace Zinneke, place Masui 13, 1000 Bruxelles

Une pause d’une heure est prévue à midi, le repas n’est pas compris.

L’atelier reste ouvert jusque 19h.

Langues du stage : français et anglais.

Tarif

  • Le prix de la formation est de 900€ par participant·e, matériel inclus.
  • Le Fonds 304 intervient à hauteur de 550€ pour les travailleur·euse·s actif·ve·s dans le secteur des arts de la scène (commission paritaire 304) en région wallonne ou bruxelloise, qui occupent actuellement un poste relevant de la CP 304 ou qui peuvent justifier de 30 jours de prestations auprès d’un ou plusieurs employeurs de la CP 304 francophone ces 24 derniers mois. Vous êtes dans les conditions? Votre intervention se limite donc à 350€.

Laboratoire de maquettes intimes

IFO asbl propose un workshop, d’une durée de 5 jours, ayant pour but d’explorer « la  métaphore » comme la possibilité de transformer en symbolisant de manière inédite une expérience douloureuse. Il sera animé par Pablo Gershanik, comédien, metteur en scène, pédagogue théâtral. Diplômé de l’École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq et du Master en Création Artistique, Université de Paris-Cité.

Objectif

Le workshop vise à fournir des outils professionnels aux personnes travaillant dans le domaine artistique de la représentation et de l’accompagnement socioculturel.
Dans une démarche de recherche et de création, un groupe de personnes travaille avec des outils des arts, et à partir d’une expérience vécue, pour créer un objet multimédia destiné à créer des liens entre histoire personnelle et sociale. Ce dispositif, créé par l’artiste argentin Pablo Gershanik, est né de l’intérêt d’aborder esthétiquement des expériences traumatisantes emblématiques pour une personne, une famille, une communauté. Le processus de « mise en page » a été proposé comme un outil de transposition de moments vécus par la société argentine, à travers la création de mécanismes esthétiques de médiation et de résilience face à une expérience de souffrance à la fois dans l’histoire personnelle et sociale.

Méthodes utilisées

Le Laboratoire de Maquettes Intimes dirigé par Pablo Gershanik est un dispositif de recherche et de création pour un groupe de « maquettistes » (personnes ayant vécu une expérience personnelle traumatisante ou emblématique) qui travailleront, au cours de quelques séances en équipe, sur trois aspects :

  • La représentation. L’équipe utilisera les outils du théâtre du mouvement (jeu expressif, théâtre d’objets) pour rechercher l’univers symbolique et métaphorique qui compose chaque modèle intime).
  • La mémoire. Composition et réalisation de maquettes. Chaque participant développera son travail de modélisation à partir de son expérience personnelle et de la narration qu’il en fait. Bien que chaque création puisse être purement individuelle, le projet cherche à générer des dialogues et des échanges où chaque modèle peut se nourrir du travail des autres participant·e·s. Les groupes de création réunissent des artistes, des personnes issues du champ thérapeutique, des personnes désireuses d’explorer le dispositif, des personnes ayant vécu un événement traumatique ou emblématique.
  • Le lien social. Interaction entre les participant·e·s pour la réflexion, la documentation et la présentation des maquettes au public.

Chaque participant·e s’engagera dans la création d’un dispositif Multimédia ou tridimensionnel (une maquette) . Ce travail de récit théâtral sera le résultat du travail de création et de transposition à partir d’un vécu personnel aussi bien que de l’interaction avec les propositions des autres participant·e·s. L’évaluation sera donnée par une réflexion collective autour du travail.

Pré-requis

Profil des participant·e·s : artistes, performeur·euse·s, technicien·ne·s, pédagogues du spectacle vivant, plasticien·ne·s travailleur·euse·s dans le domaine socioculturel…

Adresse et horaires

5 journées complètes, du lundi 3 au vendredi 7 juin, de 10 à 17h, à l’Espace Zinneke, place Masui 13, 1000 Bruxelles.

Une pause d’une heure est prévue à midi, le repas n’est pas compris.

Langues du stage : français, anglais, espagnol et italien.

Tarif

  • Le prix de la formation est de 500€ par participant·e, matériaux inclus.
  • Le Fonds 304 intervient à hauteur de 450€ pour les travailleur·euse·s actif·ve·s dans le secteur des arts de la scène (commission paritaire 304) en région wallonne ou bruxelloise, qui occupent actuellement un poste relevant de la CP 304 ou qui peuvent justifier de 30 jours de prestations auprès d’un ou plusieurs employeurs de la CP 304 francophone ces 24 derniers mois. Vous êtes dans les conditions? Votre intervention se limite donc à 50€.